L’étude cas-témoin Karuprostate (Chlordécone)

L’étude cas-témoins est une étude statistique observationnelle rétrospective. Dans le cas des Antilles, la surincidence du cancer de la prostate est constatée. On cherche à savoir s’il existe un facteur de risque commun à ces cas de cancers. Ici la question que l’on se pose est de savoir s’il y a plus de gens exposés au chlordécone parmi les cas atteints du cancers que dans la population dite témoin.

Expliquez brièvement le choix de réaliser une étude de type cas-témoin pour apporter un éclairage sur la situation sanitaire préoccupante des Antilles au regard du cancer de la prostate.

35 Messages de forum

  • L’utilisation légale du chlordécone a été interrompue définitivement en 1993. Cela implique nécessairement une étude rétrospective. Et l’étude épidémiologique cas-témoins correspond parfaite à cette situation. L’objectif était de trouver les facteurs de risque du cancer de la prostate et les résultats et conclusions ont apporté quelques éléments en faveur d’une association causale entre exposition au chlordécone et survenue d’un cancer de la prostate.

    Répondre à ce message

  • Le choix de réaliser une étude de type cas-témoins pour apporter un éclairage sur la situation sanitaire préoccupante des Antilles au regard du cancer de la prostate vu que les causes et l’évolution de la maladie sont encore imparfaitement comprises. Une meilleure compréhension des mécanismes biologiques et génétiques déterminant pourquoi certains cancers de la prostate reste cliniquement silencieuse alors que d’autres sont à l’origine de sérieuses atteintes est nécessaire.
    Elle vise à identifier et caractériser des déterminants génétiques et environnementaux de survenue et d’évolution du cancer de la prostate aux Antilles.

    Répondre à ce message

  • L’étude du cas-témoin, est un consensus scientifique, un type d’enquête et de recherches médicales. Utilisé comme support, pour déterminer la cause d’une maladie, en particulier. Lors d’une enquête d’éclosion de maladie ou d’une maladie jugée rare. Si la communauté scientifique, et la communauté de santé publique, veulent raccourcir le temps de l’étude, et rechercher un moyen très rapide et facile, et mettre en évidence les causes d’une nouvelle épidémie. Dans ce cas, ils peuvent comparer deux groupes de personnes ( des personnes qui ont déjà la maladie et les personnes non touchées par la maladie). Les termes utilisés pour décrire les études cas-témoins comprennent les études épidémiologique : rétrospectives et observationnelles. L’étude dite cas-témoin, est le moyen d’investigation médicale pour confirmer ou indiquer, ce qui susceptible d’avoir causé cette maladie. Lorsque L’étude est prospective, les chercheurs examinent les données antérieures, pour déterminer, si le résultat est lié a un facteur risque(pour une affinité prévention). Quant aux études prospectives, elles sont moins fréquentes ( description des sélections spécifiques, en la surveillance de la santé des personnes), et partent des hypothèses émises par les scientifiques (considérées comme risques). Pourquoi est-elle utile, l’étude aux Antilles au regard du cancer de la prostate ? Il m’est apparu (au delà de tout ce qui a été cité précédemment), que l’étude est basée sur des données antérieures, de sorte que toutes les données sont facilement disponibles, ce qui les rends facilement réalisables. Les scientifiques par la suite, ont analysé les données existantes, afin d’en examiner les dits"événements de la santé"déjà survenus, et les facteurs de risques observés. Cette étude, n’exigeait pas aux scientifique d’attendre, et de voir les résultats de jours, aux semaines et aux mois. C’est pour un cas d’extrême urgence sanitaire. Les données sont disponibles, les résultats aussi. Ce qui restait à faire aux épidémiologistes, est de décompresser le phénomène pour déterminer, ce qui a causé la flambée de cette maladie soudaine. Ce qui avantageux aussi, dans ce scenario est que les chercheurs recueillent les données de risques soupçonnés, pendant qu’ils surveillent de nouveaux cas.

    Répondre à ce message

  • Dans ce cas, nous constatons une forte incidence de cancers de la prostate aux Antilles. On se demande alors qu’est-ce qui cause tous ces cancers de la prostate. On a l’incidence, il faut maintenant trouver s’il y a un facteur commun à tout cela, et en particulier si le chlordecone a une influence sur le développement de ce type de cancer. L’étude de type cas-témoin, nous permet de partir de constats pour arriver à un facteur de risque commun potentiel en comparant des sujets aillants la maladie (cas) et d’autres ne l’aillant pas (témoins).

    Répondre à ce message

  • L’importance de l’étude de type cas-témoin dans cette situation réside dans le fait que la population est fortement exposée à la pollution relative à la Chlordécone. il s’agit ainsi d’un contexte idéal pour évaluer la prévalence et l’incidence concernant le cancer du prostate afin de tirer une conclusion pertinente.

    Répondre à ce message

  • Le but de l’étude consiste à savoir si le nombre d’individus exposés au chlordécone parmi les cas atteints de cancers est plus nombreux que dans le contrefactuel (la population témoin). Les Antilles présentent une forte incidence au cancer de la prostate. L’étude de type cas-témoin set idéal car basé sur une statistique observationnelle rétrospective.

    Répondre à ce message

  • Les auteurs ont choisi de réaliser une étude cas-témoin pour apporter un éclairage sur la situation sanitaire préoccupante des Antilles au regard du cancer de prostate parce qu’aux Antilles il y a beaucoup de cancer de la prostate et donc il est intéressant de savoir si il y a un facteur de risque qui déclenche l’incidence de tous ces cas de cancer de prostate et précisément si les atteint sont exposés au chlordécone spécifiquement.

    Répondre à ce message

  • Le choix de réaliser une étude de type cas-témoin pour apporter un éclairage sur la situation sanitaire préoccupante des Antilles au regard du cancer de la prostate s’explique par le fait d’abord que cette étude soit une étude statistique basée sur l’observation rétrospective. En effet, dans le cas de cette étude aux Antilles, l’on cherche à comprendre s’il existe un facteur de risque commun à ces cas de cancers.

    Répondre à ce message

  • Je pense que dans le cas de la Chlordécone dans les Antilles françaises l’étude des cas-témoin était le meilleur choix. Etant donné que c’est une étude statistique qui allait permettre de rechercher le facteur commun de risque de ces cas de cancer.

    Répondre à ce message

  • l’incidence très élevé des cas de cancer de la prostate dans la région a orienté les chercheurs pour le choix d’une étude cas témoin pour rechercher le facteur de risque commun a ces cas de cancer et ce en comparant le groupes atteints de la pathologie et un groupe témoin.
    dans ce cas précis il s’agit de comparer des personnes qui ont été exposés au chlordécone a des personnes qui n’ont pas été exposés a la substance.

    Répondre à ce message

  • On cherche s’il existe des facteurs commun ,donc on veux savoir le nombre de cas exposés au chlordécone dans la population atteints du cancers.

    Répondre à ce message

  • on cherche a savoir sil existe des facteur on commun a ces cas de cancers , donc on veux savoir le nombre de gens exposés au chlordécone parmi les cas atteint de cancers .

    Répondre à ce message

  • Pour apporter un éclairage sur la situation sanitaire au regard du cancer de la prostate, la réalisation d’une étude cas témoin est adapté car ce type d’étude permet de comparer l’exposition dans un groupe ayant développé la maladie à un groupe de témoins sains correctement appariés (étude rétrospective). Dans ce cas, l’étude permet de voir le taux de chlordécone dans les deux groupes (cas et témoins). L’étude cas-témoin permet ainsi d’identifier si la chlordécone est un facteur de risque pour le cancer de la prostate et de quantifier son importance.

    Répondre à ce message

  • On a constaté aux Antilles une incidence du cancer de la prostate supérieure à la moyenne. Une étude cas-témoin est donc particulièrement adaptée à la situation, permettant de déterminer si les cas détectés ont subis une exposition commune à un agent, ou non.

    Répondre à ce message

  • En épidémiologie, l’étude cas témoins est une étude statistique observationnelle rétrospective
    cette étude est utilisée pour mettre en évidence des facteurs qui peuvent contribuer à l’apparition d’une maladie en comparant des sujets qui ont cette maladie (les cas) avec des sujets qui n’ont pas la maladie mais qui sont similaires par ailleurs (les témoins).
    Dans ce cas, on constate une forte incidence de cancers de la prostate aux Antilles. A travers cette étude( cas témoins) on cherche a trouver un facteur de risque commun a ces cas de cancers en comparant les sujets malades et les cas témoins.

    Répondre à ce message

  • Du fait de la situation sanitaire préoccupante des Antilles avec l’identification du cancer de la prostate chez un grand nombre d’individus, le choix de réaliser une étude de type cas-témoin a été fait. Le but était de mettre en évidence des facteurs pouvant contribuer à l’apparition d’une maladie, dans ce cas ci : le cancer de la prostate. Cela a été mené en comparant des individus ayant ce cancer (les cas) avec des individus ne l’ayant pas mais étant similaires (les témoins).
    Cela permet de croiser les données avec le supposé facteur de risque qui était le chlordécone auquel la population a fortement été exposée à cause notamment de la production de bananes.
    La suspicion du facteur induisant le cancer de la prostate s’est portée sur le chlordécone puisque celui montrait un potentiel cancérigène notamment chez le rongeur, avec un développement de tumeur hépatiques. Ces constats faits chez l’animal ont alerté au sujet de la gravité des répercussions qu’il aurait pu y avoir également sur l’homme.

    Répondre à ce message

  • l’incidence très élevé des cas de cancer de la prostate dans la région a orienté les chercheurs pour le choix d’une étude cas témoin pour rechercher le facteur de risque commun a ces cas de cancer et ce en comparant le groupes atteints de la pathologie et un groupe témoin. dans ce cas précis il s’agit de comparer des personnes qui ont été exposés au chlordécone a des personnes qui n’ont pas été exposés a la substance.

    Répondre à ce message

  • Les études cas/témoins sont des études observationnelles rétrospectives. Ici, nous partons du constat que l’incidence du cancer de la prostate est supérieur aux Antilles que dans la population générale. Il est plus aisé donc d’évaluer rétrospectivement les différences d’exposition entre les cas (patients atteints du cancer de la prostate) et les témoins et de chercher une surexposition au chlordécone

    Répondre à ce message

  • Le principe d’une étude cas-témoins est de comparer la fréquence de l’exposition chez les individus atteints d’une pathologie (les cas) à celle chez des individus non atteints (les témoins), après appariement. Dans le cas des Antilles, la sur-incidence du cancer de la prostate est déjà constatée. L’objectif est de savoir s’il existe un facteur de risque commun à ces cas de cancer, et de savoir si les personnes exposées au chlordécone parmi les cas atteints du cancer que la gens dite témoins.

    Répondre à ce message

  • L’étude cas-témoins c’est une étude rétrospectif, a pour objectif de faire une comparaison pour rechercher la différence entre cas de cancers et cas témoin pour un paramètre donné "chlordécone" facteur de risque commun de développement d’un cancer de la prostate » ainsi la degré de l’atteinte de tel population.

    Répondre à ce message

  • L’étude cas-témoins c’est une étude rétrospectif, a pour objectif de faire une comparaison pour rechercher la différence entre cas de cancers et cas témoin pour un paramètre donné "chlordécone" facteur de risque commun de développement d’un cancer de la prostate » ainsi la degré de l’atteinte de tel population.

    Répondre à ce message

  • L’étude de type cas témoin est une étude analytique rétrospective basée sur la comparaison de deux groupes, le premier, constitué des “cas” : individus atteints de la maladie étudié, l’autre, les “témoins”, est choisi pour qu’il soit comparable au premier ; dans le cas des Antilles, la situation sanitaire préoccupante est celle du cancer de la prostate dont l’incidence est importante et le recours à l’étude cas témoin est dans le but de savoir est ce les cas de cancer de prostate sont les plus exposés à la chlordécone par rapport au reste de la population témoin et d’établir de ce fait une relation de cause à effet.

    Répondre à ce message

  • L’étude cas-témoin est une étude statistique, observationnelle et rétrospective qui permet de rechercher le facteur de risque commun de ces cas de cancer et aussi de comparer la population atteinte de la maladie et la population témoin.

    Répondre à ce message

  • Tableau 2 : montre que l’augmentation du risque de cancer de la prostate augmente avec l’exposition au Chlordécone, au moment ou la concentration plasmatique de la chlordécone atteint et dépasse 0,96 µg/L, le risque devient significatif.
    Tableau 3 : Avec l’indicateur cumulé d’exposition, on peut constater que plus la durée d’exposition est longue plus le risque est élevé.

    Répondre à ce message

  • L’étude cas-témoins c’est une étude observationnelle rétrospectif, qui permet de faire une comparaison pour rechercher la différence entre cas de cancers et celle des témoins pour le chlordécone facteur de risque commun de développement d’un cancer de la prostate ainsi la degré de l’atteinte de tel population.

    Répondre à ce message

  • Une étude cas témoins que certains aussi appel cas contrôle, on utilise deux groupes de sujets
    un groupe de gens contaminés par la pathologie que l’on veut étudier, et un groupe de témoins. pour les Antilles, par exemple en comparant les malades atteints du cancer de la prostate et les témoins c’est à dire des sujets non atteints de ce cancer de la prostate permet de bien diagnostiquer, évaluer et analyser l’évolution du cancer de prostate dans les Antilles.

    Répondre à ce message

  • a posteriori il n’est pas possible d’effectuer une etude de cohorte puisque le chlordecone n’est plus utilisé

    Répondre à ce message

  • Jusqu’à récemment, les connaissances acquises sur les dangers et risques liés à une exposition au chlordécone provenaient exclusivement d’études toxicologiques réalisées chez l’animal, in vivo et in vitro, et de l’observation des effets induits par la contamination des employés de l’usine de fabrication du chlordécone de Hopewell aux États-Unis. Aux Antilles, l’exposition de la population est massive, dû à une contamination au chlordécone à la fois des sols, eaux de consommation et ressources alimentaires végétales et animales. Une étude cas-témoin ici permet de mesurer l’influence du chlordécone sur l’apparition du cancer de la prostate dans la populations guadeloupéenne.

    Répondre à ce message

  • La fréquence élevée du cancer à la prostate aux Antilles pose la question de la possible association avec les expositions au chlordécone, substance très utilisée aux Antilles depuis plusieurs décennies. L’idée est d’identifier un lien statistique entre l’exposition au chlordécone, et la survenue du cancer à la prostate. Cela s’est fait en comparant le parcours de vie, les caractéristiques économiques, sociales et professionnelles, les antécédents médicaux personnels et familiaux et la concentration de chlordécone dans le sang chez des individus malades (cas) et des individus sains (témoins).

    Répondre à ce message

  • L’utilisation légale du chlordécone a été interrompue définitivement en 1993 ;Cela implique nécessairement une étude rétrospective. Et l’étude épidémiologique cas-témoins est une étude statistique observationnelle rétrospective utilisée en épidémiologie correspond parfaitement à cette situation. L’objectif était de trouver les facteurs de risque du cancer de la prostate et les résultats et conclusions ont apporté quelques éléments en faveur d’une association causale entre exposition au chlordécone et survenue d’un cancer de la prostate.

    Répondre à ce message

  • Une étude cas-témoins est un consensus scientifique, un type d’investigation et de recherche médicale. Utilisé comme aide, notamment pour déterminer la cause de la maladie. Au cours de l’enquête sur une éclosion ou une maladie considérée comme rare. Si la communauté scientifique et la communauté de la santé publique veulent raccourcir le temps de recherche et trouver un moyen très simple et rapide, et pointer la cause d’une nouvelle épidémie. Dans ce cas, ils peuvent comparer deux groupes de personnes (ceux qui ont déjà la maladie et ceux qui ne l’ont pas). Les termes utilisés pour décrire les études cas-témoins incluent les études épidémiologiques : rétrospectives et observationnelles. Les études dites cas-témoins sont les moyens d’investigation médicale pour confirmer ou montrer ce qui a pu causer la maladie. Lorsque la recherche est prometteuse,
    pour finir je dis que la fréquence élevée des cancers de la prostate aux Antilles interroge sur un éventuel lien avec l’exposition au chlordécone, une substance largement utilisée aux Antilles depuis plusieurs décennies.

    Répondre à ce message

  • Le fait que la maladie (Cancer de la prostate) soit constatée, on peut procéder par une étude rétrospective et chercher un facteur d’exposition commun (ici le Chlordécone). Si on constate qu’il existe plus de personnes exposées aux Chlordécone parmi les cas(atteints) que dans les témoins (sains) on peut dire que le cancer de la prostate est lié à l’exposition au Chlordécone . C’est l’étude Cas-Témoins.

    Répondre à ce message

  • L’idée est d’identifier un lien statistique entre l’exposition au chlordécone, et la survenue du cancer à la prostate.
    Cela s’est fait en comparant le parcours de vie, les caractéristiques économiques, sociales et professionnelles, les antécédents médicaux personnels et familiaux et la concentration de chlordécone dans le sang chez des individus malades (cas) et des individus sains (témoins).

    Répondre à ce message

  • Une étude cas-témoin est une étude statistique qui trouve des facteurs de risque communs pour ces cas de cancer et permet de comparer les populations touchées par la maladie aux populations témoins.
    Dans ce cas, ils ont fait une comparaison pour rechercher la différence entre cas de cancers et cas témoin pour un paramètre donné "chlordécone" facteur de risque commun de développement d’un cancer de la prostate »

    Répondre à ce message

  • L’étude cas-témoins est une étude statistique observationnelle rétrospective.
    Ici un éclairage sur la situation sanitaire préoccupante des Antilles au regard de l’incidence du cancer de la prostate a voulu être apporté. L’on cherche à comprendre s’il existe un facteur de risque commun à ces cas de cancers.
    Dans cette étude, ils ont chercher à savoir si parmi les cas atteints du cancers il y a plus de gens exposés au chlordécone que dans la population dite témoin.

    Répondre à ce message

Poser une question

SPIP3  Mise à jour : le 1er février 2023 | Chartes | Mentions légales | A propos