Evaluer une exposition passée

L’évaluation de l’exposition à l’arsenic des bébés nés avant l’été 1955 est une approximation. On considère (par défaut) que tous les bébés sont des cas exposés par défaut, car il est difficile de savoir précisément si tous ces bébés ont été effectivement alimentés avec le lait contaminé.

Quelles sont les limites principales de l’évaluation de l’exposition à l’arsenic dans cette étude ?

10 Messages de forum

  • Evaluer une exposition passée 22 novembre 2020 13:47

    Les Limites d’une telle étude peuvent être liées à la sélection des sujets. La preuve d’une exposition réelle des sujets nés entre 1950 et 1960 à l’arsenic n’est pas parfaitement établie.
    Aucune donnée sur la valeur toxicologique de référence (VTR) n’est établie dans cette étude. De plus les conséquences de l’exposition à l’Arsenic au stade développemental ne sont pas bien connues.
    Les résultats obtenus ne montrent pas une réelle causalité entre exposition à l’arsenic et la survenue d’un cancer ou une pathologie bien définie cela relevait plutôt d’une corrélation en se basant sur le temps.

    Répondre à ce message

  • Evaluer une exposition passée 6 décembre 2020 20:13

    les limites principales de l’évaluation de l’exposition à l’arsenic dans une consultation médicale comprenant un nouveau dosage de ΣAsi-MMA-DMA et un rappel des mesures de prévention est recommandée chez la personne tous les 1 à 3 mois, tant que l’exposition à l’arsenic inorganique est excessive (ΣAsi-MMA-DMA > 10 µg/g de créatinine, et > 11 µg/L pour les enfants de moins de 6 ans.

    Répondre à ce message

  • Evaluer une exposition passée 9 décembre 2020 20:26

    L’essence de l’interpellation qui avait marqué mon raisonnement, dans cette question sur les limites principales de l’évaluation de l’exposition à l’arsenic dans cette étude est : (1) la méconnaissance des conséquences de l’exposition à l’arsenic au stade développemental.(2) La dilution lié aux données cohortes.

    Répondre à ce message

  • Evaluer une exposition passée 19 décembre 2020 06:01

    Une des limites principales de l’évaluation de l’exposition à l’arsenic dans cette étude est la nature variée des cancers ayant causés la mort de la cohorte exposée ; en effet, il n’est pas à écarter que d’autres facteurs à part l’inhalation de l’arsenic ait été susceptible de générer les cancers divers.

    Il y a également le faible incident du cancer de poumon qui a été principalement énoncé comme principal effet de l’exposition à l’arsenic ; la causalité et l’association par rapport aux données disponibles ne permet pas de se fier à la conclusion que l’arsenic ait été à lui seul responsable de la mortalité de la cohorte exposée.

    Répondre à ce message

  • Les limites principales de l’évaluation de l’exposition à l’arsenic dans cette étude sont : le fait qu’on est pas sûr que tous les bébés inclus dans l’étude ont été alimentés par le lait contaminé par l’arsenic vu que les bébés nés entre septembre1950 et l’été 1955 ont pu être alimentés avec ce lait contaminé.

    Répondre à ce message

  • Evaluer une exposition passée 29 janvier 20:15

    AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA

    Répondre à ce message

  • Evaluer une exposition passée 29 janvier 20:26

    L’évaluation intègre par défaut une exposition au lait contaminé sur toute la population de bébés, elle est purement approximative.

    Répondre à ce message

  • Evaluer une exposition passée 2 février 19:00

    Les principales limites de l’évaluation de l’exposition à l’arsenic cette études sont :
    La méconnaissance des conséquences d’une exposition à l’arsenic au stade développemental. Celles-ci restent peu connus.
    Aussi, cette étude s’est simplement attachée à étudier l’augmentation des risques de cancers chez des bébés nés dans ce secteur ce qui à mon sens pareil insuffisant.

    Répondre à ce message

  • Evaluer une exposition passée 2 février 23:50

    Les limites principales de l’évaluation de l’exposition à l’arsenic dans cette étude sont les manques de précisions et le caractère approximatif.

    Répondre à ce message

  • Evaluer une exposition passée 4 février 17:21

    si la distribution du lait infantile contaminé est quelque chose d’accidentelle , l’année de sa mise sur le marché na pas été indiqué pour déterminer une cohorte de bébés bien précise a savoir des bébés nés juste avant la date de distribution.
    Les données de cette étude sont insuffisants pour déterminer la cohorte de bébé, car il ne signale pas si la distribution de ce lait contaminé est un accidentelle ou répétés dans une période donné..

    Répondre à ce message

Poser une question

SPIP3  Mise à jour : le 17 octobre 2021 | Chartes | Mentions légales | A propos