DSENO et DL50

La DL50 ou dose létale 50 était plutôt utilisée dans le domaine de la toxicologie du médicament. Elle révèle un point d’inflexion, un d’un point de vue expérimental, il s’agit d’un point assez précis : c’est un indicateur qui mesure la dose de substance causant la mort de 50 % d’une population animale dans des conditions d’expérimentation précises.
En épidémiologie environnementale, on ne s’intéresse pas vraiment à la mortalité des individus, qui est le cas extrême. On veut au contraire éviter des effets indésirables. C’est pourquoi on s’intéressera plutôt à la DSENO ou Dose Sans effet Nocifs observables, c’est à dire la dose la plus élevée d’une substance chimique ne produisant aucun effet nocif observable au cours d’une étude de toxicité.
Rappelons enfin que cette DSENO est toujours spécifique d’un effet et d’un organe cible. D’autres effets toxiques peuvent exister, mais on ne les cumule jamais dans un seul indicateur.

Pourquoi dans le domaine de la santé environnementale, la toxicologie s’intéresse plus à la DSENO qu’à la DL50 pour caractériser la toxicité d’une substance ? (si les acronymes ne vous disent rien : revoir les cours et faire une recherche rapide sur le sujet).

28 Messages de forum

  • DSENO et DL50 24 novembre 2020 13:55

    La DL50 est utilisée pour déterminer la dose à laquelle la mort intervient. L’utilisation de cette méthode permet de mesurer la dose d’une substance qui pourra aboutir à la mort de 50% des sujets. Cependant elle ne prend pas en compte la survenue d’une pathologie liée à une exposition répétée à une faible dose. L’utilisation de la DSEN permet d’avoir la dose maximale sans effet. Alors elle est plus pertinente pour connaître le seuil pouvant aboutir à une pathologie.

    Répondre à ce message

  • DSENO et DL50 4 décembre 2020 15:02

    Dans le domaine de la santé environnementale, la toxicologie s’intéresse plus au DSENO qu’a la DL50 car selon la définition du DSENO qui veut dire Dose Sans effet Nocifs observables permet d’éviter des effets indésirables qui intéresse épidémiologie environnementale et non pas la mortalité des individus De plus, il permet de caractériser la dose la plus élevée d’une substance chimique ne produisant aucun effet nocif observable au cours d’une étude de toxicité.
    Aussi, La DL50 ou dose létale 50 était plutôt utilisée dans le domaine de la toxicologie du médicament.

    Répondre à ce message

  • DSENO et DL50 9 décembre 2020 23:21

    « Dans le domaine de la toicologie environnementale on s’interesse a la DSENO dose Sans effet nocifs observables parce qu’elle nous permet d’evaluer les effets d’une substance sans necessairement evaluer la mortalite que peut causer cette substance,il s’agit de la dose la plus eleve tolerable et qui ne cause pas des effets nuisible tandis que la DL 50 est plus utilise dans les domaine eperimentale tel que la validation des medicaments puisqu’il s’agit d’evaluation de mortalite et de letalite. »

    Répondre à ce message

  • DSENO et DL50 11 décembre 2020 14:50

    Normalement, on fait usage de la DL50 dans le domaine de la toxicologie du médicament. Elle est un indicateur quantitatif de la toxicité d’une substance. A travers elle, on peut mesurer et même quantifier la dose d’une substance ou d’un produit pouvant causer la mort d’un être vivant évoluant dans des conditions spécifiques. Par contre l’utilisation de la DL50 produit des effets indésirables or dans le domaine de la santé environnementale, on veut vraiment combattre toutes formes d’effets indésirables. D’où la raison qu’on s’intéresse plus à la DSENO dans le domaine parce qu’elle représente une dose sans effets nocifs observables dans le cadre d’une expérimentation ayant pour but d’étudier la toxicité d’une substance. Cette dose rentre plus dans l’objectif du domaine dans la mesure où elle est considérée comme la dose la plus élevée d’une substance chimique qui ne produit pourtant aucuns effets nuisibles.

    Répondre à ce message

  • DSENO et DL50 13 décembre 2020 13:24

    Dans le domaine de la santé environnementale, la toxicologie s’intéresse plus à la DSENO qu’à la DL50 pour caractériser la toxicité d’une substance : rappelons-le que dans le consensus scientifique en toxicologie, on se focalise pour atténuer et contrecarrer (voir même éliminer) les effets nuisibles (même en phase expérimentale). Toutefois, le choix intéressant des paramètres « Dose Sans Effet Nocifs Observables », et le désavantage de la « Dose Létale 50 », ne sont pas arbitraires. En effet, la DSENO, cette dose la plus élevée d’une substance chimique ne produit aucun effet nocif observable au cours de l’étude de toxicité ; tenant compte aussi que cette dose élevée est spécifique de chaque organe. La DL50, quant à elle, ou dite « Dose Létale 50 » ; est un indicateur qui mesure la dose de la substance causant la mort de la moitié d’une population animale précise (dans des conditions précises) ; un indicateur de mesure qui est manifestement présent dans la branche toxicologique et la branche médicale, qui cause une importante souffrance animale (la DL50, dans la représentation logarithmique conseillée des poisons représente des fourchettes très grandes, exemple de la toxine botulique 1 ng/kg par rapport à l’eau 90 g/kg, soit 11 ordres de grandeurs !). En radio toxicologie L’exposition à un flux d’ionisants à dose importante provoque un effet toxique (une dose de 4 Gray sur un adulte correspond à la DL50 ! Contrairement à la DSENO).

    Répondre à ce message

  • DSENO et DL50 13 décembre 2020 18:01

    C’est par rapport au principes et méthodologie de chaque étude et leurs conséquences sur l’environnement. Ainsi, pour l’étude de la LD50 (dose létale pour 50% de décès) c’est une dose pour laquelle 50% des animaux meurent. Par ailleurs, l’étude de la DSEO (la Dose sans effet nocif observable) est la dose par kg de poids corporel qui peut être absorbée quotidiennement sans qu’un effet nocif soit observable.

    Répondre à ce message

  • DSENO et DL50 13 décembre 2020 22:13

    La DL50 est une méthode qui mesure la dose létale pour 50% de la population étudiée, elle indique donc qu’elle est la dose létale d’un produit. La DSENO, quant à elle, est la dose sans effet nocif observé, cette technique donne la dose maximale qui peut être administrée sans effets. Contrairement à la DL50, elle permet de voir sur le long terme si une exposition réitérée à faible dose d’une substance peut entraîner une pathologie. La DSENO est par conséquent plus pertinente que la DL50 pour caractériser la toxicité d’une substance.

    Répondre à ce message

  • DSENO et DL50 16 décembre 2020 22:00

    la ’’dose létale’’ ou (La DL50) est la quantité d’une matière chimique, administrée en une seule fois, qui cause la mort de 50 % d’un groupe d’animaux d’essai, c’ est une façon de mesurer le potentiel toxique à court terme (toxicité aiguë) d’une matière, mais elle ne mesure par la survenue des pathologie du a une exposition a faible dose.
    La ’’dose sans effet nocif observable’’ (DSENO), est la dose la plus élevée d’une substance chimique ne produisant aucun effet nocif observable au cours d’une étude de toxicité, elle est plus efficace pour détecter le seuil qui engendrait une pathologie, il vise toujours un effet et un organe précis,c’est pourquoi la toxicologie s’intéresse plus à la DSENO qu’à la DL50.

    Répondre à ce message

  • DSENO et DL50 18 décembre 2020 15:47

    Car la DSENO est plus assuré dans le domaine de la santé environnementale, tandis que la DL50 présente déjà des effets nocifs avec une dose toxique

    Répondre à ce message

  • DSENO et DL50 2 janvier 2021 18:41

    L’espèce animale est utile et participe à l’équilibre des écosystèmes, d’où leur importance dans le cadre de la lutte pour la protection de l’environnement.
    La DL50 (dose létale 50) désigne la dose administrée en une seule fois et provoquant la mort de 50% des animaux et elle n’est plus utilisée dans le domaine de la santé environnementale pour protéger les animaux en réduisant leur utilisation dans les essais médicamenteux. Maintenant, on applique la règle des 3R (Replacement, Réduction et Raffinement) et le paramètre recherché est la DSENO (dose sans effets nocifs observables) exprimée en dose par unité de poids corporel et de temps typiquement en mg/kg/j.

    Répondre à ce message

  • DSENO et DL50 4 janvier 2021 12:26

    Parce que la DL50 est un indicateur qui mesure la dose de substance causant la mort de 50 % d’une population animale dans des conditions d’expérimentation précises, elle relève plutôt du domaine de la toxicologie du médicament, alors que la DSENO est la dose la plus élevée d’une substance chimique ne produisant aucun effet nocif observable au cours d’une étude de toxicité. Alors que l’épidémiologie environnementale ne s’intéresse pas à la mortalité des individus, elle s’intéresse plutôt à contourner les effets indésirables, d’où le choix de la DSENO.

    Répondre à ce message

  • DSENO et DL50 1er février 2021 22:41

    Dans le domaine de la santé environnementale, l’évaluation des risques liés aux substances chimiques pouvant avoir des effets néfastes sur la santé des hommes et des animales prend en compte des études toxicologiques. Il s’agit d’une classification des doses soit très toxique, extrêmement toxique et modérément toxique ou à des niveaux d’exposition par rapport à ces substances chimiques nocifs. Cette classification de la toxicité permet de regrouper les produits chimiques dans des catégories selon le degré de dangerosité par rapport à la santé ou à la vie. En fait, l’étude sert à mesurer toute la toxicité d’une substance par des méthodes qualitatives non mesurables et quantitatives mesurable comme la DL50, car elle fournit un certain minimum de connaissances permettant d’identifier les symptômes de l’intoxication et la dose toxique. C’est pourquoi, dans le cadre de santé environnementale en vue de caractériser la toxicité d’une substance chimique la toxicologie s’intéresse plus à la DSENO qu’à la DL50, car généralement, l’épidémiologie environnementale ne s’intéresse pas véritablement à la mortalité de l’individu ou à des groupes d’individus, Mais de préférence de manière à éviter considérablement des effets indésirables, puisque tant que la dose d’une substance chimique est plus élevée, on observe spécifiquement aucun effet nocif dans le processus de l’étude de toxicité.

    Répondre à ce message

  • DSENO et DL50 4 février 2021 20:57

    dans le domaine de la santé environnementale , la toxicologie s’interesse a la DNENO car elle permet de déterminer l’innocuité d’une substance vis a vis de la santé humaine car sa plus forte dose est testé pour son effet non toxique observable.
    quand a la DL50 mesure l’effet mortelle sur sur population de 50% , elle sert beaucoup plus a déterminer la dose létal d’une substance par innhalation ou ingestion, alors que la santé environnementale s’intéresse beaucoup plus a l’effet d’exposition.

    Répondre à ce message

  • DSENO et DL50 11 février 2021 23:54

    En épidémiologie on ne s’intéresse pas a la mortalité c’est pour cela on s’intéresse à la DSENO parce qu’elle est spécifique a un organe cible et elle ne produira aucun effet nocif au cours d’une étude de toxicité. Contrairement au DL50 qui est indicateur qui mesure la dose de substance causant la mort qui produit des effets nocif

    Répondre à ce message

  • DSENO et DL50 22 novembre 2021 09:50

    DSENO représente la dose sans effets nocifs observables, elle est utilisée particulièrement dans le domaine des faibles doses. Alors que la DL50 est la dose qui provoque des manifestations toxiques chez 50% des individus testés, elle s’intéresse donc plutôt à l’effet mortel. La toxicologie s’intéresse plus au premier paramètre car le but de ce domaine est d’éviter les effets toxiques.

    Répondre à ce message

  • DSENO et DL50 29 novembre 2021 15:01

    En santé environnementale, on s’intéresse plus à la DSENO qu’à la DL50 car c’est à partir de celle-ci que l’on va établir les normes d’exposition. En effet, on cherche avant tout à éviter le décès des individus, ce que la DSENO permettra d’atteindre de manière bien plus précise qu’une DL50.

    Répondre à ce message

  • DSENO et DL50 30 décembre 2021 21:18

    La DL 50 désigne la dose létale médiane, est un indicateur quantitatif de la toxicité d’une substance. Elle est utilisée dans l’expérimentation des nouvelles substances ou bien molécules destinées a la consommation médicale. La DL 50 mesure la dose de substance causant la mort de 50 % d’une population animale donnée (souvent des souris ou des rats) dans des conditions d’expérimentation précise.
    La dose Sans Effet Nocif Observé (DSENO) désigne la dose ou la concentration la plus élevée n’ayant pas provoqué un effet nocif observé, par rapport à un groupe témoin, au cours d’une expérimentation animale ou d’une étude épidémiologique. Autrement dit, c’est a travers cette dose qu’on peut éliminer les effets indésirables d’un xénobiotique , c’est pourquoi on s’intéresse plus a la DSENO qu’a la DL 50 dans le domaine de la santé environnementale .

    Répondre à ce message

  • DSENO et DL50 12 janvier 12:04

    Dans le domaine de la santé environnementale, la toxicologie s’intéresse plus à la DSENO qu’à la DL50 car la dose létale 50 signifie qu’il s’agit de la valeur provoquant la mort de 50% des animaux. Trouver cette dose létale implique la mort de beaucoup d’animaux. Depuis l’instauration de la règle des 3R, on essaie de préserver au maximum le bien-être animal.
    Aussi, il est nettement plus intéressant et réfléchi de chercher la DSENO, la dose sans effets nocifs observables car ce sont les résultats concernant cette dose là qui vont permettre d’établir des normes précautionneuses. On cherche davantage à déterminer la dose la plus faible à laquelle on recense des effets indésirables plutôt que la dose qui ferait mourir 50% des individus.

    Répondre à ce message

  • DSENO et DL50 15 janvier 11:39

    En épidémiologie environnementale, on concentre sur le paramétre DSENO
    (absence d’effet nocif malgré administration de la plus forte dose) puisque
    il nous aide à éviter les effets indésirable des substances chimiques, par contre la DL50 montre la mortalité des individus qui présente moins d’importance

    Répondre à ce message

  • DSENO et DL50 15 janvier 11:42

    En épidémiologie environnementale, on concentre sur le paramétre DSENO (absence d’effet nocif malgré administration de la plus forte dose) puisque il nous aide à éviter les effets indésirable des substances chimiques, par contre la DL50 montre la mortalité des individus qui présente moins d’importance

    Répondre à ce message

  • DSENO et DL50 15 janvier 21:15

    Dans le domaine de la santé environnementale, la toxicologie s’intéresse plus à la DSENO (Dose Sans effet Nocifs observables) qu’à la DL50 (dose létale 50) pour caractériser la toxicité d’une substance, c’est pour éviter des effets indésirables.
    La DL50 ou dose létale 50 était plutôt utilisée dans le domaine de la toxicologie du médicament. Elle révèle un point d’inflexion, un d’un point de vue expérimental, il s’agit d’un point assez précis : c’est un indicateur qui mesure la dose de substance causant la mort de 50 % d’une population animale dans des conditions d’expérimentation précises.
    En épidémiologie environnementale, on ne s’intéresse pas vraiment à la mortalité des individus, qui est le cas extrême. On veut au contraire éviter des effets indésirables. C’est la raison pour laquelle on s’intéressera plutôt à la DSENO ou Dose Sans effets Nocifs observables, c’est-à-dire la dose la plus élevée d’une substance chimique ne produisant aucun effet nocif observable au cours d’une étude de toxicité.

    Répondre à ce message

  • DSENO et DL50 16 janvier 14:25

    Dans le domaine de la santé environnementale, la toxicologie s’intéresse plutôt au DSENO qu’a la DL50 car selon la définition du Dose Sans effet Nocifs observables permet d’éviter des effets indésirables qui intéresse épidémiologie environnementale et non pas la mortalité des individus.

    Répondre à ce message

  • DSENO et DL50 19 janvier 11:07

    L’un des objectifs de la santé environnementale est la protection de la santé humaine, de garantir le bien être. La DL50 est la dose létale pour 50% des sujets dans les conditions de l’étude. On est bien loin de l’objectif de protection de la santé.
    La sécurité est donc de mise. La DSENO est la dose pour laquelle aucun effet néfaste n’est observé, est donc pour laquelle la santé est « garantie ». C’est ce que nous recherchons à évaluer avant la « diffusion » (mise sur le marché, construction d’une usine…) d’un potentiel toxique, par principe de précaution

    Répondre à ce message

  • DSENO et DL50 27 janvier 23:19

    Pour mesurer expérimentalement la toxicité aiguë d’une substance, on utilise la DL50 ou la dose létale 50 : c’est la dose unique qui détermine dans un délai de 14jours, la mort de 50% (la moitié) d’un groupe animaux testés après une administration des concentrations croissantes de la substance toxique :c’est un indicateur quantitatif de la toxicité, utilisé beaucoup plus dans le domaine de la toxicologie médicamenteuse (mise sur le marché d’un nouveau médicament(test d’innocuité), l’effet thérapeutique d’une plante médicinale par exemple).
    En épidémiologie environnementale, on ne s’intéresse pas vraiment à la DL50 et à la mort de la population. Notre objectif est de limiter et essayer d’éviter les effets indésirables causés par toute substance toxique, c’est pour cette raison, on s’intéresse à la NOAEL (non observed adverse effect level) ou DSENO qui est surtout utilisée pour la gestion de risque :c’est la dose la plus élevé ou la concentration maximale d’une substance qui n’induit aucun effet nocif détectable au cours de l’expérimentation (toxicité subaiguë ou subchronique) ou en peu dire aussi la quantité de la substance administré inférieur au seuil biologique, en réalité cette valeur est rarement détecté car les moyens de ce genre d’étude permettent difficilement atteindre un tel niveau de détection ( nombre de groupes de doses peu important et/ou espacés, pertinence de l’indicateur de toxicité ou du modèle animal limitée…).

    Répondre à ce message

  • DSENO et DL50 30 janvier 01:46

    La DL5O ou dose létale médiane est la dose de substance causant la mort de 50% d’une population animale donnée dans des conditions d’expérimentations précises, utilisée en toxicologie dans les courbes dose/effet des médicaments pour déterminer les doses toxiques chez les individus.

    Cependant, dans le domaine de la santé environnementale, la toxicologie s’intéresse plus à la DSENO qui est LA DOSE SANS EFFETS NOCIFS OBSERVABLES qui signifie la dose seuil d’une substance chimique qui ne produit pas d’effets néfastes et dangereux observables(effets avec seuil), car l’objectif est d’éviter les effets néfastes chez les individus.

    Répondre à ce message

  • DSENO et DL50 31 janvier 15:07

    La dose Sans Effet Nocif Observé (DSENO) désigne la dose ou la concentration la plus élevée n’ayant pas provoqué un effet nocif observé, par rapport à un groupe témoin, au cours d’une expérimentation animale ou d’une étude épidémiologique.
    DL50 est la Dose, qui cause la mort de 50 % (la moitié) d’un groupe d’animaux d’essai. La DL50 est une façon de mesurer le potentiel toxique à court terme (toxicité aiguë) d’une matière.
    donc dans le domaine de l’ épidémiologie environnementale la toxicologie s’intéresse au (DSENO) pour connaitre les effets de cette dose sur la population étudié et non la DL50 .

    Répondre à ce message

  • DSENO et DL50 3 février 21:05

    La DL50 représente la dose létale provoquant la mort chez 50% des animaux testés. Cette mesure précise permet d’exprimer l’exposition mais pas la concentration.
    La DSENO (dose sans effets nocifs observables) permet d’établir, par extrapolation ajustée aux mesures expérimentales, des normes d’exposition seuil. Le but recherché étant d’éviter les effets nocifs ou la mort des individus.

    Répondre à ce message

  • DSENO et DL50 17 février 05:02

    Le DL50 (dose létale 50) c’est la dose qui cause la mort de 50% de la population, il est utilisé en toxicologie pour tester les effets des produits sur les animaux, alors que le DSENO désigne (dose sans effets nocifs observables) c’est la dose la plus élevée qui ne cause aucun effet nocif sur la population.

    et il est privilégié parce qu’on cherche à éviter les effets nocifs en santé environnementale, et non pas savoir quelle dose est létale.

    Répondre à ce message

Poser une question

SPIP3  Mise à jour : le 6 juillet 2022 | Chartes | Mentions légales | A propos