Fenêtre de sensibilité

Le cas des perfluoroalkylés montre que des perturbateurs endocriniens peuvent avoir des effets non monotones en fonction de l’âge : on trouve des effets sur l’âge de déclenchement de la puberté à faible dose, alors qu’on ne trouve pas d’effet particulier à forte dose. Ceci signifie que le paramètre le plus important à considérer dans certains cas (en particulier des perturbateurs endocriniens) n’est pas la dose, mais la fenêtre de sensibilité. On pense souvent à l’exposition in utero et périnatale, mais il existe plusieurs périodes de la vie avec des sensibilités particulières et la période de puberté en fait partie.

Après avoir lu la Brève sur le cas des perfluoroalkylés (document ci-joint). Que retenez-vous de ce cas et que nous dit-il de la question de la fenêtre de sensibilité ?

17 Messages de forum

  • Fenêtre de sensibilité 26 novembre 2020 11:57

    La lecture de cette Brève nous permet d’observer une apparition de troubles pubertaires à de faibles doses. Cela nous conduit à considérer le perfluoroalkylés comme un perturbateur endocrinien. La fenêtre de sensibilité correspond à la période prénatale. Ainsi suite à cette exposition et en cette période bien précise, diverses perturbations du développement pubertaire chez les garçons et les filles ont été observées.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 4 décembre 2020 18:56

    Ce texte traite des effets de l’exposition prénatale aux substances perfluoroalkylés et l’apparition précoce de la puberté chez les jeune filles et garçons Danois.
    en effet, les associations entre l’exposition prénatale à plusieurs PFAS et divers troubles du développement pubertaire chez les garçons et les filles entrainent des perturbations pubertaires tant chez les garçons que chez les filles .
    Il ressort que l’exposition prénatale aux PFOS, PFHxS, PFHpS,PFNA et PFDA (chez les filles) et aux PFHxS et PFHpS (chez les garçons) est associée à un début de puberté plus précoce sur la base des différentes signes (premières règles,mue de la voix, etc.).

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 13 décembre 2020 15:00

    Après avoir lu la brève « perfluoroalkylés et le développement pubertaire des garçons et des filles : analyse des données de la cohorte de naissance danoise » ; cette brève, à mon sens, met en exergue la toxicité non monotone. Je m’explique ! Les perturbateurs endocriniens ne sont absolument pas en parfaite linéarité et proportionnalité à la dose. Le paradigme de Paracelse, « c’est la dose qui fait le poison » ne s’applique pas. C’est la durée et la période d’exposition qui fait le poison, en fonction de l’âge. J’ai remarqué que, l’effet sur l’âge de déclenchement de la puberté, à faible dose est remarquable, alors qu’à forte dose ne représente pas de particularités. Cela redimensionne certains procédés, et les plus importants à maintenir ; qui n’est sans doute pas la dose, mais c’est la fenêtre de sensibilité ; cette étude en est la preuve factuelle. Ensuite, la fenêtre de sensibilité nous dit, que le processus d’évolution dans la vie comporte plusieurs périodes ; chaque période possède des caractéristiques de sensibilités particulières. Il en ne faut pas se limiter à la phase périnatale ou in-utero, mais la puberté en est aussi partie intégrante dans le processus d’évolution.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 13 décembre 2020 18:14

    Une étude menée sur une cohorte populationnelle, qui suggère des associations différentes
    selon le sexe entre développement pubertaire et exposition prénatale aux PFAS. L’effet envisagé des perturbateurs endocriniens sur le développement pubertaire est dans la très grande majorité des cas un avancement de l’âge d’apparition des premiers signes. Ces pubertés précoces sont beaucoup plus fréquentes chez les filles que chez les garçons( caractéristique des perturbateurs endocriniens). la relation dose-effet devrait être abandonnée au profit d’une étude de la relation moment-effet puisque ce serait plus la période d’exposition que la dose qui induirait l’effet toxique.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 13 décembre 2020 22:19

    Le cas des perfluoroalkylés nous apprend que le paramètre principal n’est pas nécessairement la dose mais plutôt la fenêtre de sensibilité. Les perturbateurs endocriniens peuvent avoir un effet dit non monotone en fonction de l’âge. Chaque période d’âge a une fenêtre de sensibilité particulière.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 18 décembre 2020 16:07

    Après la lecture de la Brève sur le cas des perfluoroalkylés, qui expose les effets de l’exposition prénatale aux substances perfluoroalkylés et l’apparition précoces de troubles pubertaires à de faibles doses, chez les jeunes garçons et filles danois, ceci va nous a obliger à classer le perfluoroalkylés parmi les perturbateurs endocriniens.
    La question de la fenêtre de sensibilité ou fenêtre temporelle est un axe de temps ou se forment les membres d’un fœtus dans une grossesse donnée, ou l’exposition a un perturbateur endocrinien est fatale pour le fœtus, elle provoquerait par la suite des perturbations du développement pubertaire chez les jeunes garçons et filles.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 28 décembre 2020 09:12

    D’après le cas des perfluoroalkylés on peut retenir que les perturbateurs endocriniens ont des effets qui diffèrent en fonction de l’âge, or a faible dose on a des effets sur l’âge de déclenchement de la puberté alors qu’il n’y a pas d’effet particulier à forte dose. Alors on constate que dans le cas des perturbateurs endocriniens, ce n’est pas la dose qui est le paramètre le plus important mais la fenêtre de sensibilité et la période de puberté représente une période de sensibilité particulière.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 9 janvier 13:04

    Ce que j’ai retenu dans ce cas, les perturbateurs endocriniens peuvent avoir des comportements différents selon le sexe et l’âge des individus. Comme par exemple dans les résultat qui nous montrent que l’exposition au PFDA et au PFNA est associé à un début de puberté plus tardif chez les garçons.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 29 janvier 19:53

    AAAAAAAAAAAAAAAAAAAA

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 29 janvier 21:00

    Au vu des effets non monotones des perturbateurs endocriniens en fonction de l’âge notamment la présence d’effet sur le début de la puberté à faible dose et l’absence d’effet à forte dose. Cela suppose de prendre plus en compte la sensibilité que la dose.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 3 février 00:33

    Nous avons pu constaté qu’à travers l’article que les perfluoroalkylés sont des perturbateurs endocriniens, ils peuvent provoquer des situations de complexité liée à la puberté précoce. Cette perturbation est plus particulièrement observé beaucoup plus chez les jeunes filles adolescentes que les garçons. ils peuvent être aussi considérer comme des marqueurs de trouble de la reproduction ultérieurs et peuvent également avoir des conséquences démographiques importantes. Cette logique de toxicologie sur les substances chimiques étant connu comme des perturbateurs endocriniens peuvent être se faire même à faible dose, dans ce cas, les doses de polluants les plus faibles sont associées à des troubles pubertaires important que les doses plus élevées.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 5 février 00:18

    la fenêtre de sensibilité apporte un autre concept dans la toxicologie celui de moment-effet , car une dose d’un produit toxique des fois ne peut avoir effet qu’a un moment particulier.
    a noter aussi que les perfluoroalkylés sont considérés comme ici comme perturbateur endocrinien car ils sont administré aux femmes a faible doses, mais ce n’est pas l’effet de la dose a lui seul qui a été toxique , mais son action toxique a un moment précis du développement du foetus d’où la notion de moment-effet. qui peut être un sous-concept de la fenêtre de la sensibilité.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 12 février 19:55

    a faible doses on remarque des effets par contre a forte doses on ne remarque pas des effets ce que veut dire que la fenêtre de sensibilité est le paramètre le plus important

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 26 octobre 06:09

    D’après le cas des perfluoroalkylés on peut retenir que les perturbateurs endocriniens ont des effets qui diffèrent en fonction de l’âge, or a faible dose on a des effets sur l’âge de déclenchement de la puberté alors qu’il n’y a pas d’effet particulier à forte dose. Alors on constate que dans le cas des perturbateurs endocriniens, ce n’est pas la dose qui est le paramètre le plus important mais la fenêtre de sensibilité et la période de puberté représente une période de sensibilité particulière.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 26 octobre 06:11

    D’après le cas des perfluoroalkylés on peut retenir que les perturbateurs endocriniens ont des effets qui diffèrent en fonction de l’âge, or a faible dose on a des effets sur l’âge de déclenchement de la puberté alors qu’il n’y a pas d’effet particulier à forte dose. Alors on constate que dans le cas des perturbateurs endocriniens, ce n’est pas la dose qui est le paramètre le plus important mais la fenêtre de sensibilité et la période de puberté représente une période de sensibilité particulière.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 22 novembre 14:56

    Dans le cas des perfluoroalkylés, ils sont considérés comme perturbateurs endocriniens et provoquent une puberté précoce. Des résultats différents ont été observés entre les garçons et les filles. En effet, les filles sont plus exposées à cette puberté précoces que les garçons.
    Dans cette étude, les doses de polluants faibles sont plus fortement associées à des troubles pubertaires que des doses plus élevées. Ici, la dose n’a donc pas d’importance contrairement à la fenêtre de sensibilité.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 30 novembre 16:03

    Cette étude des PFAS semble mettre en évidence un lien entre l’exposition à différents PFAS (PFOA, PFOS, ..) lors de la grosses, conduisant à une exposition du fœtus, et perturbation dans le développement pubertaire des enfants. On observe notamment une relation non-monotone, ici en l’occurrence les effets les plus élevés (différence d’âge de début de la puberté avec le quartile de référence) sont les plus forts pour le tertile moyen.

    Répondre à ce message

SPIP3  Mise à jour : le 7 décembre 2021 | Chartes | Mentions légales | A propos