Fenêtre de sensibilité

Le cas des perfluoroalkylés montre que des perturbateurs endocriniens peuvent avoir des effets non monotones en fonction de l’âge : on trouve des effets sur l’âge de déclenchement de la puberté à faible dose, alors qu’on ne trouve pas d’effet particulier à forte dose. Ceci signifie que le paramètre le plus important à considérer dans certains cas (en particulier des perturbateurs endocriniens) n’est pas la dose, mais la fenêtre de sensibilité. On pense souvent à l’exposition in utero et périnatale, mais il existe plusieurs périodes de la vie avec des sensibilités particulières et la période de puberté en fait partie.

Après avoir lu la Brève sur le cas des perfluoroalkylés (document ci-joint). Que retenez-vous de ce cas et que nous dit-il de la question de la fenêtre de sensibilité ?

64 Messages de forum

  • Fenêtre de sensibilité 26 novembre 2020 11:57

    La lecture de cette Brève nous permet d’observer une apparition de troubles pubertaires à de faibles doses. Cela nous conduit à considérer le perfluoroalkylés comme un perturbateur endocrinien. La fenêtre de sensibilité correspond à la période prénatale. Ainsi suite à cette exposition et en cette période bien précise, diverses perturbations du développement pubertaire chez les garçons et les filles ont été observées.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 4 décembre 2020 18:56

    Ce texte traite des effets de l’exposition prénatale aux substances perfluoroalkylés et l’apparition précoce de la puberté chez les jeune filles et garçons Danois.
    en effet, les associations entre l’exposition prénatale à plusieurs PFAS et divers troubles du développement pubertaire chez les garçons et les filles entrainent des perturbations pubertaires tant chez les garçons que chez les filles .
    Il ressort que l’exposition prénatale aux PFOS, PFHxS, PFHpS,PFNA et PFDA (chez les filles) et aux PFHxS et PFHpS (chez les garçons) est associée à un début de puberté plus précoce sur la base des différentes signes (premières règles,mue de la voix, etc.).

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 13 décembre 2020 15:00

    Après avoir lu la brève « perfluoroalkylés et le développement pubertaire des garçons et des filles : analyse des données de la cohorte de naissance danoise » ; cette brève, à mon sens, met en exergue la toxicité non monotone. Je m’explique ! Les perturbateurs endocriniens ne sont absolument pas en parfaite linéarité et proportionnalité à la dose. Le paradigme de Paracelse, « c’est la dose qui fait le poison » ne s’applique pas. C’est la durée et la période d’exposition qui fait le poison, en fonction de l’âge. J’ai remarqué que, l’effet sur l’âge de déclenchement de la puberté, à faible dose est remarquable, alors qu’à forte dose ne représente pas de particularités. Cela redimensionne certains procédés, et les plus importants à maintenir ; qui n’est sans doute pas la dose, mais c’est la fenêtre de sensibilité ; cette étude en est la preuve factuelle. Ensuite, la fenêtre de sensibilité nous dit, que le processus d’évolution dans la vie comporte plusieurs périodes ; chaque période possède des caractéristiques de sensibilités particulières. Il en ne faut pas se limiter à la phase périnatale ou in-utero, mais la puberté en est aussi partie intégrante dans le processus d’évolution.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 13 décembre 2020 18:14

    Une étude menée sur une cohorte populationnelle, qui suggère des associations différentes
    selon le sexe entre développement pubertaire et exposition prénatale aux PFAS. L’effet envisagé des perturbateurs endocriniens sur le développement pubertaire est dans la très grande majorité des cas un avancement de l’âge d’apparition des premiers signes. Ces pubertés précoces sont beaucoup plus fréquentes chez les filles que chez les garçons( caractéristique des perturbateurs endocriniens). la relation dose-effet devrait être abandonnée au profit d’une étude de la relation moment-effet puisque ce serait plus la période d’exposition que la dose qui induirait l’effet toxique.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 13 décembre 2020 22:19

    Le cas des perfluoroalkylés nous apprend que le paramètre principal n’est pas nécessairement la dose mais plutôt la fenêtre de sensibilité. Les perturbateurs endocriniens peuvent avoir un effet dit non monotone en fonction de l’âge. Chaque période d’âge a une fenêtre de sensibilité particulière.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 18 décembre 2020 16:07

    Après la lecture de la Brève sur le cas des perfluoroalkylés, qui expose les effets de l’exposition prénatale aux substances perfluoroalkylés et l’apparition précoces de troubles pubertaires à de faibles doses, chez les jeunes garçons et filles danois, ceci va nous a obliger à classer le perfluoroalkylés parmi les perturbateurs endocriniens.
    La question de la fenêtre de sensibilité ou fenêtre temporelle est un axe de temps ou se forment les membres d’un fœtus dans une grossesse donnée, ou l’exposition a un perturbateur endocrinien est fatale pour le fœtus, elle provoquerait par la suite des perturbations du développement pubertaire chez les jeunes garçons et filles.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 28 décembre 2020 09:12

    D’après le cas des perfluoroalkylés on peut retenir que les perturbateurs endocriniens ont des effets qui diffèrent en fonction de l’âge, or a faible dose on a des effets sur l’âge de déclenchement de la puberté alors qu’il n’y a pas d’effet particulier à forte dose. Alors on constate que dans le cas des perturbateurs endocriniens, ce n’est pas la dose qui est le paramètre le plus important mais la fenêtre de sensibilité et la période de puberté représente une période de sensibilité particulière.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 9 janvier 2021 13:04

    Ce que j’ai retenu dans ce cas, les perturbateurs endocriniens peuvent avoir des comportements différents selon le sexe et l’âge des individus. Comme par exemple dans les résultat qui nous montrent que l’exposition au PFDA et au PFNA est associé à un début de puberté plus tardif chez les garçons.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 29 janvier 2021 19:53

    AAAAAAAAAAAAAAAAAAAA

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 29 janvier 2021 21:00

    Au vu des effets non monotones des perturbateurs endocriniens en fonction de l’âge notamment la présence d’effet sur le début de la puberté à faible dose et l’absence d’effet à forte dose. Cela suppose de prendre plus en compte la sensibilité que la dose.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 3 février 2021 00:33

    Nous avons pu constaté qu’à travers l’article que les perfluoroalkylés sont des perturbateurs endocriniens, ils peuvent provoquer des situations de complexité liée à la puberté précoce. Cette perturbation est plus particulièrement observé beaucoup plus chez les jeunes filles adolescentes que les garçons. ils peuvent être aussi considérer comme des marqueurs de trouble de la reproduction ultérieurs et peuvent également avoir des conséquences démographiques importantes. Cette logique de toxicologie sur les substances chimiques étant connu comme des perturbateurs endocriniens peuvent être se faire même à faible dose, dans ce cas, les doses de polluants les plus faibles sont associées à des troubles pubertaires important que les doses plus élevées.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 5 février 2021 00:18

    la fenêtre de sensibilité apporte un autre concept dans la toxicologie celui de moment-effet , car une dose d’un produit toxique des fois ne peut avoir effet qu’a un moment particulier.
    a noter aussi que les perfluoroalkylés sont considérés comme ici comme perturbateur endocrinien car ils sont administré aux femmes a faible doses, mais ce n’est pas l’effet de la dose a lui seul qui a été toxique , mais son action toxique a un moment précis du développement du foetus d’où la notion de moment-effet. qui peut être un sous-concept de la fenêtre de la sensibilité.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 12 février 2021 19:55

    a faible doses on remarque des effets par contre a forte doses on ne remarque pas des effets ce que veut dire que la fenêtre de sensibilité est le paramètre le plus important

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 26 octobre 2021 06:09

    D’après le cas des perfluoroalkylés on peut retenir que les perturbateurs endocriniens ont des effets qui diffèrent en fonction de l’âge, or a faible dose on a des effets sur l’âge de déclenchement de la puberté alors qu’il n’y a pas d’effet particulier à forte dose. Alors on constate que dans le cas des perturbateurs endocriniens, ce n’est pas la dose qui est le paramètre le plus important mais la fenêtre de sensibilité et la période de puberté représente une période de sensibilité particulière.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 26 octobre 2021 06:11

    D’après le cas des perfluoroalkylés on peut retenir que les perturbateurs endocriniens ont des effets qui diffèrent en fonction de l’âge, or a faible dose on a des effets sur l’âge de déclenchement de la puberté alors qu’il n’y a pas d’effet particulier à forte dose. Alors on constate que dans le cas des perturbateurs endocriniens, ce n’est pas la dose qui est le paramètre le plus important mais la fenêtre de sensibilité et la période de puberté représente une période de sensibilité particulière.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 22 novembre 2021 14:56

    Dans le cas des perfluoroalkylés, ils sont considérés comme perturbateurs endocriniens et provoquent une puberté précoce. Des résultats différents ont été observés entre les garçons et les filles. En effet, les filles sont plus exposées à cette puberté précoces que les garçons.
    Dans cette étude, les doses de polluants faibles sont plus fortement associées à des troubles pubertaires que des doses plus élevées. Ici, la dose n’a donc pas d’importance contrairement à la fenêtre de sensibilité.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 30 novembre 2021 16:03

    Cette étude des PFAS semble mettre en évidence un lien entre l’exposition à différents PFAS (PFOA, PFOS, ..) lors de la grosses, conduisant à une exposition du fœtus, et perturbation dans le développement pubertaire des enfants. On observe notamment une relation non-monotone, ici en l’occurrence les effets les plus élevés (différence d’âge de début de la puberté avec le quartile de référence) sont les plus forts pour le tertile moyen.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 30 décembre 2021 22:15

    D’après le cas des perfluoroalkylés on peut retenir que les effets des PE se diffèrent en fonction de l’âge. A travers ce texte on observe que a faible dose les perfluoroalkylés ont des effets sur l’âge de déclenchement de la puberté alors qu’il n’y a pas d’effet particulier à forte dose.
    Cela nous montre que les effets indésirables induites par les PE ne dépendent pas forcément de la dose mais plutôt de la fenêtre de sensibilité. Pour chaque âge il y a alors une fenêtre de sensibilité .

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 12 janvier 2022 14:43

    Les perfluoroalkylés sont des perturbateurs endocriniens. Ils induisent une puberté précoce. Leur courbe dose réponse n’est pas monotone ce qui signifie que la gravité des effets ne s’accroît pas en même que la dose augmente. Même à des doses faibles, il y a des troubles des indicateurs de la puberté chez les individus de l’étude.
    En conclusion, ce n’est pas la dose qui va impacter l’individu mais le temps, le moment où il a été exposé. Il suffit qu’il ait été exposé brièvement à une petite dose mais au moment le plus critique, l’individu sera beaucoup plus impacté qu’un autre ayant été exposé à une dose bien plus élevée mais à un moment qui ne constituait pas une fenêtre de sensibilité.
    Dans le cas des perturbateurs endocriniens on ne considère pas que "la dose fait le poison", on sait que c’est la fenêtre de sensibilité qui est importante et révélatrice.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 15 janvier 2022 11:49

    les effets de l’exposition prénatale à des perfluoroalkylés induisent à des pubertés précoces ,plus fréquentes chez les filles que chez les garçons .et les résultats ici sont non monotones, c’est-à dire que des doses de polluants faibles sont plus fortement associées à des troubles pubertaires que des doses plus élevées.

    donc ici la relation dose -effet n’a aucune explication par contre il faut mettre l’accent sur la fenêtre de sensibilité pour déterminer la période qui influence l’apparition des résultats liés aux problèmes hormonales qui sont exprimés majoritairement en période de puberté.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 16 janvier 2022 14:30

    Le cas des perfluoroalkylés montre que le paramètre principal n’est pas nécessairement la dose mais plutôt à la fenêtre de sensibilité Les perturbateurs endocriniens peuvent avoir des comportements différents ou des effets non monotones c’est à dire pas de relation dose-effet et différents egalement entre les garçons et les filles selon le l’âge.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 23 janvier 2022 15:18

    Les perfluoroalkylés (PFA) sont des perturbateurs endocriniens sans effet monotone. Exposés in utero, les enfants vont présentés des troubles pubertaires, plus fréquemment chez les filles que chez les garçons, et ce, pour des doses faibles (dosage de métabolites fait chez les mères pendant la grossesse), que l’on ne retrouve pas nécessairement à des doses plus élevées. Ce résultat est caractéristique du mécanisme des pertubateurs endocriniens décrivant une courbe « dose-effet » en U.

    Ainsi, il est probable que le paramètre le plus important dans ce cas soit la fenêtre de sensibilité qui peut correspondre à différentes périodes de la vie (in utero en fonction des différents stades de l’organogénèse, enfance, puberté) ou le développement d’un organe, d’un membre ou d’une fonction se déroule.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 27 janvier 2022 23:22

    Cette étude montre que certains perturbateurs endocriniens comme les perfluorés ont des effets non monotones (dose-effet U) c’est-à-dire que des doses très faibles sont plus fortement associées à des troubles pubertaires que des doses plus élevées.
    Aussi ces effets (puberté précoce) apparient en fonction de l’âge, donc là on peut dire que la fenêtre de sensibilité est un paramètre très important qu’on doit le prendre en considération dans le cas des perturbateurs endocriniens (et non pas la dose).

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 27 janvier 2022 23:22

    Cette étude montre que certains perturbateurs endocriniens comme les perfluorés ont des effets non monotones (dose-effet U) c’est-à-dire que des doses très faibles sont plus fortement associées à des troubles pubertaires que des doses plus élevées.
    Aussi ces effets (puberté précoce) apparient en fonction de l’âge, donc là on peut dire que la fenêtre de sensibilité est un paramètre très important qu’on doit le prendre en considération dans le cas des perturbateurs endocriniens (et non pas la dose).

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 28 janvier 2022 12:10

    Sur le cas des perfluoroalkylés nous voyons que des perturbateurs endocriniens peuvent avoir des effets non égal en fonction de l’âge
    On ne trouve pas d’effets particuliers à forte dose par contre on trouve des effets sur l’âge de déclenchement de la puberté à faible dose donc il fallait prendre en considération cette fenêtre de sensibilité non pas la dose, des périodes de sensibilité qui sont importantes a prendre en compte

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 30 janvier 2022 16:10

    Après avoir lu la Brève, je retiens que les perfluoroalkylés présentent des effets non monotones, c’est à dire qu’il présente la particularité d’un perturbateur endocrinien dont l’effet n’est pas relié à la dose (pas de relation dose-effet).
    D’après les études cohortes puberté menées, on remarque que ces effets sont en fonction de l’âge et non pas de la dose administrée justifiant par ce passage de la Brève : des doses de polluants faibles sont plus fortement associées à des troubles pubertaires que des doses plus élevées, et de la on comprend que la fenêtre de sensibilité concerne la période de la vie (dans cet exemple la période pubertaire) et non pas la dose forte.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 31 janvier 2022 17:36

    cette étude nous permet d’observer que les perturbateurs endocriniens perfluoroalkylés provoque la puberté précoce chez les individus testés a des faibles dose plus forte a des grandes doses des effets non monotones ,
    en plus la puberté précoce apparient en fonction de l’âge, donc là on peut dire que la fenêtre de sensibilité est un paramètre très important qu’on doit le prendre en considération dans le cas des perturbateurs endocriniens .

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 3 février 2022 22:19

    Cette étude montre des associations selon le sexe entre développement pubertaire (précocité ou retard) et exposition prénatale aux perturbateurs endocriniens.
    Ces effets peuvent être des marqueurs de troubles de la reproduction ultérieurs. L’étude suggère une fenêtre de sensibilité selon l’âge (la puberté)

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 19 février 2022 14:41

    La Brève sur le cas des perfluoroalkylés nous montre que les perturbateurs endocriniens ont une spécificité particulière ils sont non monotones (ils sont susceptibles d’avoir des effets non égaux en fonction de l’âge, et donc il n’a aucune relation de causalité entre le changement de la dose et l’âge de la puberté.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 3 mars 2022 19:42

    Cela permet de voir que l’exposition prénatale aux substances perfluoroalkylés et l’apparition précoce de la puberté chez les jeune filles et garçons Danois.
    en effet, les associations entre l’exposition prénatale à plusieurs PFAS et divers troubles du développement pubertaire chez les garçons et les filles entrainent des perturbations pubertaires tant chez les garçons que chez les filles .
    Il ressort que l’exposition prénatale aux PFOS, PFHxS, PFHpS,PFNA et PFDA (chez les filles) et aux PFHxS et PFHpS (chez les garçons) est associée à un début de puberté plus précoce sur la base des différentes signes

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 29 octobre 2022 14:48

    l’exposition pendant la grossesse au perflouroalkyle est associée à une puberté précoce chez les filles comme chez les garcons.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 8 décembre 2022 11:12

    Toutes les substances n’agissent pas de la même façon pour les filles et les garçons. Avec de plus une courbe dose-effet qui semble être en forme de U inversé pour l’exposition aux PFOS, PFHpS et PFDA pour les filles, et pour l’exposition aux PFDA et PFNA pour les garçons.

    Aussi toutes les substances sont associées à un développement pubertaire précoce chez les filles, alors que chez les garçons, PFHxS et PFHpS ont un effet précoce et l’exposition au PFDA et PFNA retarde le début de la puberté.

    Ce qu’on peut donc retenir c’est que l’effet des perturbateurs endocriniens dépends à la fois du moment de l’exposition de la mère, mais aussi du sexe du bébé.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 10 décembre 2022 17:15

    Ce cas montre que les perfluoralkylés peuvent avoir des effets non monotones, c’est-à-dire que des doses faibles sont plus associées à des fortes troubles par rapport à des doses plus hautes (relation dose-effet caractéristique des perturbateurs endocriniens). Cela signifie qu’on ne devrait pas se concentrer sur la dose, mais peut etre sur d’autres paramètres pour caractériser cette substance, comme par exemple la période d’expositions la plus "sensible" (fenetre de sensibilité), suite à laquelle il est plus probable d’avoir des dommages

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 16 décembre 2022 13:52

    à faible dose on voit un effet, par contre à forte dose on ne voit pas d’effet ce qui veut dire que la fenêtre de sensibilité est le paramètre le plus important

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 17 décembre 2022 14:48

    Cette étude montre que certains perturbateurs endocriniens comme les perfluoroalkylés peuvent avoir des effets non monotones (dose-effet U) c’est-à-dire que des doses très faibles sont plus fortement associées à des troubles pubertaires que des doses plus élevées.
    Ceci signifie que le paramètre le plus important à considérer dans ce cas (les perturbateurs endocriniens) n’est pas la dose, mais la fenêtre de sensibilité

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 21 décembre 2022 16:16

    La brève traite les effets de l’exposition prénatale aux perfluoralkylés démontrés grâce à une étude cohorte. Les résultats de cette étude montrent qu’il n y a pas de relation linéaire dose-effet ( effets non monotones), mais plutôt une association liée à l’âge de l’exposition. Pour des doses faibles, les filles exposées aux Perfluoralkylés en prénatal ont eu une puberté précoce . En revanche cette même exposition est associée à une puberté tardive chez les garçons.
    Dans le cas des Perfluoralkylés comme est le cas dans la plupart des perturbateurs endocriniens, il convient de s’intéresser le plus à la fenêtre de sensibilité (c’est à dire au moment de l’exposition) qu’à la dose.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 28 décembre 2022 21:28

    À mon avis, ce résumé met en évidence une toxicité non monotone:Les perturbateurs endocriniens ne sont pas entièrement linéaires et proportionnels à la dose. Le modèle de Paracelse, "c’est la dose qui fait le poison" ne s’applique pas ! C’est le moment et la durée de l’exposition qui créent le poison, et l’âge aussi.
    J’ai trouvé que l’effet sur l’âge auquel la puberté a commencé, à faible dose, était très évident, mais à forte dose, il n’y avait rien de spécial. Cela réduit certains des processus et le plus importants à maintenir ; ce n’est probablement pas la dose, mais par contre c’est la fenêtre de sensibilité.
    Cette étude est une preuve factuelle.
    En effet la fenêtre de sensibilité nous indique alors que le processus d’évolution de la vie comporte nombreuses étapes ; Chacune a ses caractéristiques de sensibilité spécifiques. Elle ne doit pas se limiter à la période périnatale ou in-utero, mais la puberté fait aussi partie intégrante de cet évolution.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 31 décembre 2022 11:00

    D’après le cas des perfluoroalkylés on peut constater que les perturbateurs endocriniens ont des effets qui diffèrent en fonction de l’âge, or a faible dose on a des effets sur l’âge de déclenchement de la puberté mais pas d’effet particulier à forte dose. Donc dans le cas des perturbateurs endocriniens, ce n’est pas la dose qui est le paramètre le plus important mais la fenêtre de sensibilité et la période de puberté représente une période de sensibilité particulière.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 2 janvier 2023 15:50

    je retiens que la population agée est plus touchés on retrouves les premiers signes dans cette catégorie ; elle est ainsi fréquente chez les filles plutôt chez les garçon .

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 2 janvier 2023 17:47

    la dose n’influance pas sur la periode de puberté chez les filles et les graçons et depends de leurs periode de vie spécifique à chaque personne .

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 2 janvier 2023 17:48

    La dose n’influence pas l’intensité de l’effet car il existe des effets sur l’âge de déclanchement de la puberté à faibles doses, alors qu’on ne trouve pas d’effets particulier à forte dose. Car il existe plusieurs périodes de la vie avec des sensibilités particulières.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 9 janvier 2023 13:39

    On retient que la tranche d’Age touchée est la plus âgée et le sexe joue aussi sur la sensibilité car les filles sont plus touchées que les garçons.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 1er février 2023 18:31

    je retiens qu’en fonction de l’âge, les perturbateurs endocriniens peuvent avoir des effets non monotones. il faut privilégier la fenêtre de sensibilité et non la dose car même à des doses très faibles, les PE peuvent négativement impacter le système endocrinien d’une personne.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 2 février 2023 01:16

    La brève montre que les perturbateurs endocriniens comme les perfluoroalkylés peuvent avoir à faible dose un effet, par contre à forte dose on ne voit pas d’effet, cela montre des effets non monotones en fonction de l’âge ; ce qui veut dire que la fenêtre de sensibilité est le paramètre le plus important et non la dose.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 12 février 2023 10:18

    Nous pouvons retenir que les perturbateurs endocriniens n’ont pas d’effet de seuil et dans ce cas il est vérifié que c’est à faible dose que les effets les plus délétères se produisent. L’exposition aux perfluoroalkyles en début de grossesses et à faible dose peut entraîner une puberté précoce chez les enfants à naître.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 12 février 2023 21:08

    Cette étude porte sur les effets des perfluoroalkyl-és, reconnus comme perturbateurs endocriniens, sur le développement pubertaire des enfants exposés au cours de leur période prénatale.

    Tout d’abord, cette étude souligne que la relation dose-effet n’est pas monotone, une caractéristique des PE.
    L’étude évalue aussi les effets relatifs à divers associations de perfluroalkylés. Une observation notable est que les effets varient selon le type de molécules testées mais aussi selon le sexe de l’enfant.

    Finalement, cette étude rappelle l’importance de la fenêtre de sensibilité puisque ces effets sur le développement pubertaire sont associés à un exposition prénatale des individus.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 15 février 2023 01:56

    le paramètre le plus important n’est pas la dose mais le fenêtre de sensibilité. la fenêtre de sensibilité peut apparaitre à différents périodes de la vie

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 19 décembre 2023 12:53

    Le cas a montré que des perturbateurs endocriniens peuvent avoir des comportements imprévisibles en fonction de l’âge. Nous voyons des effets au dosage faible, mais pas obligatoirement au dosage élevé. Ce résultat s’agit que le paramètre le plus important est la fenêtre de sensibilité parce qu’il existe plusieurs périodes de la vie avec des sensibilités particulières et la période de puberté peut être pris en compte.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 19 décembre 2023 23:28

    Les perfluoroalkylés montrent qu’à des doses faibles, les perturbateurs endocriniens affectent le début de la puberté, tandis qu’à des doses élevées, aucun effet notable n’est observé. Ainsi, le facteur crucial à considérer n’est pas seulement la quantité de substance, mais plutôt la période de sensibilité.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 21 décembre 2023 21:35

    La fenêtre de sensibilité est la période de la vie pendant laquelle l’organisme est le plus sensible aux effets d’une substance toxique. Dans le cas des PFAS, l’exposition in utero est la période de la vie la plus sensible aux effets de ces substances.

    L’exposition in utero aux PFAS peut entraîner des problèmes de développement, notamment des troubles neurodéveloppementaux, des anomalies du système immunitaire et des problèmes de reproduction. Ces effets sont dus à la capacité des PFAS à provoquer des mutations génétiques, qui peuvent être transmises aux cellules filles.

    Le cas des PFAS montre que l’exposition à des substances génotoxiques, en particulier pendant la grossesse, peut avoir des conséquences graves sur la santé de la descendance.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 29 décembre 2023 09:54

    Génotoxicité : cest la Capacité à endommager l’ADN dans les cellules.
    Pourquoi c’est important : Peut causer des problèmes génétiques et contribuer au cancer.
    Mutagénicité :cest la Capacité à causer des mutations dans l’ADN des cellules.
    Pourquoi c’est important : Les mutations peuvent provoquer des problèmes génétiques et contribuer au cancer.
    Cancérogénicité :cest la Capacité à causer ou à favoriser le développement du cancer.
    Pourquoi c’est important : Peut conduire à la formation de tumeurs malignes.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 29 décembre 2023 10:18

    L’étude sur les perfluoroalkylés (PFAS) met en lumière des associations entre l’exposition à ces substances pendant la grossesse et des modifications du développement pubertaire, comme le moment des premières règles ou la mue de la voix. Les effets varient entre les sexes, avec certains PFAS liés à une puberté plus précoce chez les deux sexes, tandis que d’autres peuvent retarder la puberté chez les garçons. La complexité des liens entre l’exposition aux PFAS et la puberté est soulignée, dépendant des niveaux et de la période d’exposition, notamment pendant la grossesse, ce qui définit la fenêtre de sensibilité. Cependant, pour confirmer ces constatations, des recherches étendues, englobant des cohortes variées et différentes périodes d’exposition, sont nécessaires. L’idée d’une fenêtre de sensibilité pendant la grossesse émerge, mais elle nécessite une exploration approfondie impliquant d’autres phases de la vie pour consolider cette hypothèse.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 1er janvier 15:32

    Cette étude de cohorte permet d’établir un lien entre l’exposition prénatale aux composés perfluorés, perturbateurs endocriniens avérés, des filles et garçons et les conséquences observables plus tard sur leur développement pubertaire avec des conséquences observées différentes entre les 2 sexes. Cette période prénatale est une fenêtre de sensibilité aux perfluorés qui causent des dommages à faible dose – effets non monotones soit pas de relation dose-effet. Comme de manière générale pour les perturbateurs endocriniens, ce n’est pas « la dose qui fait le poison » mais « la période qui fait le poison ».

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 2 janvier 13:03

    A la lecture de cette brève, l’on relève que les perturbateurs endocriniens dont les perfluoroalkylés ont des effets en fonction de l’Age et du sexe.
    Il y’a apparition d’effet sur la puberté à fable dose tandis qu’a forte dose on ne constate pas d’effet particulier. Ce constat “ fait mentir“ Paracelse avec son principe la dose fait le poison. En effet dans le cadre d’une étude sur les perturbateurs endocriniens, il faut tenir compte des fenêtres de sensibilités qui font qu’à certaines périodes de la vie, les individus sont plus sensibles qu’à d’autres périodes ; dans cette brève, il ressort que la puberté est un moment où les individus sont plus sensibles. Il y’a une sensibilité différentielle selon l’âge et le sexe

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 7 janvier 22:21

    Les perfluoroalkylés sont des composés qui peuvent avoir des impacts sur la santé à différents stades de la vie, y compris pendant les périodes de développement critiques, de la vie intra-utérine jusqu’a la période pubertaire, c’est le cas de tous les perturbateurs endocriniens. D’autre part cette étude montre une substance à des doses faibles sont fortement associées à des troubles pubertaire que les doses plus élevées.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 8 janvier 01:37

    La Brève sur le cas des perfluoroalkylés montre que des perturbateurs endocriniens peuvent avoir des effets non monotones c’est-à-dire qu’à faible dose on a des effets sur l’âge de déclenchement de la puberté alors qu’il n’y a pas d’effet particulier à forte dose. L’on constate dans le cas des perturbateurs endocriniens que ce n’est pas la dose qui est le paramètre le plus important mais la fenêtre de sensibilité et la période de puberté représente une période de sensibilité particulière.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 13 janvier 15:17

    Cette étude explore comment l’exposition à des produits chimiques appelés PFAS pendant la grossesse peut influencer le développement pubertaire des enfants. Les résultats montrent que chez les filles, certains PFAS sont liés à un début de puberté plus tôt, tandis que chez les garçons, c’est plus complexe, certains PFAS étant liés à un début plus précoce et d’autres à un début plus tardif. Les résultats suggèrent également que l’effet de ces produits chimiques sur le développement peut dépendre du moment où l’exposition a lieu. Cependant, ces résultats proviennent d’une étude spécifique et doivent être confirmés par d’autres recherches pour en savoir plus sur les implications pour la santé.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 22 janvier 02:21

    Les perfluoroalkyles (PFAS) sont des substances chimiques qui peuvent avoir des effets toxiques sur la santé humaine, même à des doses très faibles.

    Une étude danoise a montré que l’exposition prénatale aux PFAS est associée à un début de puberté plus précoce chez les filles.

    Ces résultats suggèrent que les PFAS peuvent perturber le développement hormonal, un processus complexe qui se déroule à des moments spécifiques de la vie.

    L’exposition aux PFAS pendant une fenêtre de sensibilité particulière, c’est-à-dire pendant une période de développement hormonal, peut donc entraîner des effets toxiques sur la santé humaine.

    Ce résultat est important car il souligne la nécessité de réduire l’exposition de la population aux PFAS.

    En résumé, le cas des perfluoroalkyles montre que la notion de fenêtre de sensibilité est importante pour comprendre les effets toxiques de certaines substances chimiques. Ces substances peuvent avoir des effets toxiques à des doses très faibles, mais seulement si l’exposition se produit pendant une période spécifique de la vie, lorsque l’organisme est particulièrement sensible à ces substances.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 22 janvier 22:12

    la relation dose- effet n est pas monotone, dans le cas des PFAS c’est à dire l’effet observé est associé à des faibles doses comme dans le cas des perturbateurs endocriniens, l effet dépend aussi de la période d’exposition et de sexe.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 26 janvier 17:22

    Les PFAS sont des perturbateurs endocriniens responsables de pubertés précoces en particulier chez les filles. Cette étude de cohorte danoise suggère que la période prénatale est une fenetre de sensibilité aux PFAS.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 28 janvier 23:20

    Cette étude indique des associations entre l’exposition prénatale aux PFAS et des changements dans le développement pubertaire, avec des effets différents selon le sexe. Ces résultats soulignent l’importance de comprendre les impacts potentiels des PFAS sur la santé reproductive et le développement des enfants.

    Cette étude souligne également les préoccupations liées à l’impact des perturbateurs endocriniens sur le développement pubertaire, en mettant en avant la complexité des résultats d’études et en soulignant la non-monotonie des associations entre les doses de polluants et les troubles pubertaires. Il insiste également sur le fait que même des changements apparemment mineurs dans le déclenchement de la puberté pourraient avoir des implications importantes pour la santé et la démographie à long terme.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 31 janvier 12:21

    Le cas des perfluoroalkylés souligne que pour certains perturbateurs endocriniens, les effets sont non monotone et ne suivent pas une relation dose-effet linéaire, ce qui est illustré par la présence des effets sur le déclenchement précoce de la puberté observés à des doses faibles et son absence quant à l’exposition aux doses élevées ce qui implique la fenêtre de sensibilité comme paramètre crucial à considérer et non pas la dose.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 8 février 18:53

    Les perfluoroalkylés agissent en tant que perturbateurs endocriniens et provoquent une puberté précoce. La relation dose-réponse associée à ces substances n’est pas linéaire, ce qui signifie que la gravité des effets ne suit pas nécessairement l’augmentation de la dose. Même à des niveaux d’exposition faibles, on observe des perturbations dans les indicateurs de la puberté chez les individus étudiés.

    en somme, l’impact sur l’individu n’est pas uniquement déterminé par la dose, mais plutôt par le temps et le moment de l’exposition. Une brève exposition à une faible dose au moment critique peut avoir un impact beaucoup plus important qu’une exposition à une dose plus élevée à un moment qui n’est pas une fenêtre de sensibilité. En ce qui concerne les perturbateurs endocriniens, le principe "la dose fait le poison" n’est pas applicable ; on reconnaît plutôt l’importance de la fenêtre de sensibilité comme facteur déterminant des effets.

    Répondre à ce message

  • Fenêtre de sensibilité 19 février 01:36

    Le cas des perfluoroalkylés (PFAS) dans la cohorte danoise met en lumière des associations entre l’exposition prénatale à ces perturbateurs endocriniens et le développement pubertaire, en montrant des effets non monotones et différenciés entre les garçons et les filles.

    Les principaux points à retenir de cette étude sont les suivants :
    Les effets non monotones : les résultats indiquent qu’il n’y a pas de relation dose-réponse linéaire. Cela suggère que les doses plus faibles de PFAS sont parfois associées à des troubles pubertaires plus fortement que les doses plus élevées. Les perturbateurs endocriniens ont ce type de schéma.

    Les effets de l’exposition prénatale aux PFAS diffèrent selon les sexes. Par exemple, l’exposition à certains PFAS est liée à un début de puberté plus précoce chez les filles, tandis que l’exposition à certains PFAS est liée à un début de puberté plus tardif chez les garçons.

    L’étude met l’accent sur l’importance de la fenêtre de sensibilité en examinant les effets de l’exposition prénatale aux PFAS sur le développement pubertaire ultérieur. Cela suggère que l’exposition à ces substances pendant des périodes critiques du développement peut avoir un impact sur la maturation sexuelle.

    Complexité des associations : En raison de la diversité des molécules testées et des différents paramètres considérés comme significatifs, les associations entre l’exposition aux PFAS et le développement pubertaire sont complexes.

    En résumé, cette étude met l’accent sur l’impact potentiel des PFAS sur le développement pubertaire, avec des nuances importantes en fonction des doses, des sexes et des différents PFAS étudiés. Ces résultats mettent en évidence l’importance de comprendre comment les perturbateurs endocriniens affectent des fenêtres de sensibilité particulières pendant le développement.

    Répondre à ce message

Poser une question

SPIP3  Mise à jour : le 18 juillet 2024 | Chartes | Mentions légales | A propos