Croissance économique et inégalités : la courbe de Kuznets

Initialement, la courbe de Kuznets illustrait des observations empiriques sur l’évolution des inégalités sociales aux États-Unis, à l’aide de statistiques sur la distribution des revenus dans la deuxième moitie du XIXe et au début du XXe siècles [1]. Ces inégalités augmentaient d’abord au début de la révolution industrielle et diminuaient ensuite. Tout au long de ces périodes, la croissance économique se poursuivait.

La conclusion tirée de ces observations empiriques paraissait limpide : la croissance économique est un puissant facteur pour diminuer les inégalités dans la distribution des revenus et des fortunes. Cette conclusion s’appuyait sur l’observation selon laquelle l’exode rural ne faisait que s’amplifier au début de la révolution industrielle. Des paysans devenaient ouvriers. En croyant échapper au dur labeur dans les champs, ils s’engageaient massivement dans les fabriques en rapide expansion. La pauvreté se généralisait, mais avec l’industrialisation et la production de masse, les revenus augmentaient et pouvaient de plus en plus être affectes a des programmes de sécurité sociale. Parallèlement, de nouvelles lois sur les fabriques imposaient des standards d’hygiène, de sécurité et de protection des ouvriers, notamment pour les jeunes.

La courbe de Kuznets annonçait alors sa descente en relation avec la croissance économique. La figure illustre cette évolution.

Cependant, la relation entre inégalité sociale et croissance économique reste contestée. La thèse la plus connue conclut sur « un effet de ruissellement » tout au long de l’échelle sociale : si les plus nantis sont peut-être ceux qui profitent en premier de la croissance économique, tôt au tard les effets bénéfiques se font sentir à tous les niveaux et finissent également par profiter aux plus pauvres. L’antithèse reconnaît peut-être le cas historique des États-Unis, mais conteste la généralisation et l’actualisation du lien entre croissance économique et diminution des inégalités sociales, notamment dans les pays en voie de développement.

Les marchés de capitaux parfaitement intégrés sur le plan international permettent de déplacer rapidement les bénéfices d’un pays à un autre d’une manière telle que, malgré la croissance économique promue à l’échelle internationale, les inégalités sociales perdurent, voire se renforcent au niveau des pays.

Le lien entre la croissance économique et la diminution des inégalités sociales, s’il devait toujours exister, n’est pas général, mais au mieux sectoriel et limité à quelques pays où d’autres facteurs d’ordre plus institutionnel peuvent avoir également jouer leur rôle.

Compte tenu de ces interprétations contrastées de la courbe de Kuznets originelle, il est surprenant de constater que cette courbe a été transposée sans autre précaution dans le domaine environnemental.

3 Messages de forum

Poser une question

Notes

[1Kuznets S., 1955, « Economic growth and income inequality », American Economic Review, n° 49.

info portfolio

JPEG - 23.2 ko
courbe de Kuznets (relation entre croissance économique et inégalités)
SPIP3  Mise à jour : le 21 octobre 2018 | Chartes | Mentions légales | A propos