La dynamique fluviale

La dynamique fluviale représente l’évolution morphologique d’un cours d’eau liée au déplacement de l’eau et au déplacement des matériaux. Les systèmes fluviaux sont mobiles dans le temps et dans l’espace et leur dynamique se construit autour de quatre dimensions en interaction.

Ces quatre dimensions sont les suivantes :
- longitudinale : relation entre l’amont et l’aval des cours d’eau. Les débits augmentent en se dirigeant vers l’aval dus à la diminution de la pente. Puis, plus le cours d’eau se rapproche de l’aval plus les cours d’eau occupe de la place. Avant l’exutoire, les fonds de vallée plats donnent lieu à des méandres. Ces changements déterminent des zones différentes de peuplement végétal et animal.
- latérale : relation entre les lits mineur et majeur des cours d’eau. Le lit mineur représente la partie du cours d’eau entre les berges assurant l’écoulement habituel tandis que le lit majeur désigne la partie submergée lors de crues très importantes. Entre eux, ils échangent des flux d’eau et de matières qui sont essentiels à la faune et à la flore.
- verticale : relation entre les eaux superficielles et les eaux souterraines. Les échanges entre les cours d’eau et les nappes d’eau se font par l’intermédiaire de la zone non saturée appelée aussi « nappe alluviale ». Cette nappe se recharge principalement lors des inondations.
- temporelle : relation entre l’échelle spatiale de l’hydro système avec son échelle temporelle. Cette relation représente le temps et la capacité de l’hydro système de rétablir et de rééquilibrer l’état du milieu suite à une perturbation d’origine naturelle ou anthropique.

Le bon état naturel des cours d’eau existe lorsque la rivière déborde et connaît des périodes d’étiages ; les espèces, l’eau et les matériaux circulent librement ; les eaux sont de bonne qualité.
Cela dit, malgré un hydro système ayant une apparence saine, les activités humaines exercent couramment une forte pression sur les cours d’eau. En effet, l’extraction massive de sables et de graviers ou les barrages artificiels ont perturbé la dynamique fluviale. Afin de préserver ces milieux, il faut laisser la liberté aux cours d’eau évoluer en fonction leur rythme naturel.

Poser une question

info portfolio

JPEG - 101.3 ko
GIF - 76.8 ko
SPIP3  Mise à jour : le 20 novembre 2018 | Chartes | Mentions légales | A propos